Julie Foulon Fondatrice de Girleek, les nouvelles technologies au féminin

Julie Foulon, fondatrice de Girleek et de l’incubateur de startups MolenGeek

Bonjour Julie, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Peux-tu nous parler de ton parcours et expliquer comment tu en es arrivée à fonder Girleek et MolenGeek ?

Je suis titulaire d’un Master en Management avec une spécialisation en Finance de  Marché. J’étais destinée à exercer le métier de trader dans une salle de marché. Mon diplôme en poche j’ai pris une année sabbatique durant laquelle j’ai voyagé et commencé à pratiquer le parachutisme. C’est cette activité qui m’a conduite en Belgique, à Charleroi où j’ai travaillé deux ans dans une banque avant d’être licenciée. Choquée parce que injustifié, mon licenciement a été un véritable déclic pour moi et j’ai décidé à ce moment-là de devenir entrepreneuse afin de ne plus subir ce genre d’expérience. Pendant mes études, j’ai eu l’opportunité de découvrir les nouvelles technologies et d’apprendre à créer des sites internet notamment grâce à Dreamweaver, Fireworks et Photoshop. A cette époque, on réalisait soi-même ses designs, on faisait l’implémentation et cela m’a tellement passionné que mes stages de fin d’études étaient dans le webdesign et non pas dans la finance. Forte de cette expérience et de cette nouvelle passion, c’est tout naturellement que j’ai lancé, après mon licenciement en 2009, une société avec un ami; société dans laquelle je créais des sites internet et lui des logiciels sur mesure pour les PME de la région de Charleroi. C’est également à ce moment-là que j’ai constaté que le monde de l’informatique était essentiellement “drivé” par les hommes avec leurs points de vue et leurs manières de faire . En 2011, l’idée m’est donc venue de créer un blog pour les femmes, autour des nouvelles technologies : Girleek.net. Je me suis concentrée sur la thématique des femmes et des nouvelles technologies afin de mettre en valeur leurs visions totalement différentes dans ce domaine. J’ai ensuite pris la tête du BetaGroup, la plus grande communauté Tech et de startups de Belgique. J’ai redouté au début entendre des remarques sexistes, mais tout c’est très bien passé.  Au contraire, la communauté essentiellement masculine m’a accueilli chaleureusement et je suis restée trois ans avant de rejoindre Start it @KBC, le plus grand incubateur de startups belge en tant que Community Leader de l’espace bruxellois. A chaque fois, ce sont les opportunités qui ont guidé mon parcours.

Entre-temps, j’ai créé avec Ibrahim Ouassari MolenGeek. Au départ bénévoles, nous avons rapidement décidé de nous investir complètement dans l’aventure et d’ouvrir un espace de coworking et une Coding School en mars 2017. Entourés d’une équipe pour coacher les jeunes entrepreneurs et les jeunes développeurs, nous avons mis en place une méthodologie qui parle aussi bien aux hommes qu’aux femmes, et notre mission première est de rendre accessible l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies à tous. Evidemment, je n’ai plus réellement le temps de m’occuper du blog de Girleek, mais j’ai depuis 10 ans la même trame dans mes activités : les nouvelles technologies de A à Z et l’entrepreneuriat.

Peux-tu nous parler des difficultés rencontrées et de tes plus belles réussites ?

La première année de lancement de Girleek a très bien fonctionné mais comme j’étais seule sur ce projet je n’ai pas bien prospecté pour la deuxième année qui fut par conséquent extrêmement difficile à tel point que j’ai du mettre en location l’appartement dont j’étais propriétaire et retourner vivre chez mon père ! Cela a vraiment été un échec pour moi et j’ai éprouvé de réelles difficultés à me remotiver. J’ai donc commencé à faire de la radio sur Charleking Radio pendant un an environ en tant que chroniqueuse Tech dans une chouette émission “CharleQuenn, l’émission des filles”. C’était très amusant et cela m’a permis de penser un peu à autre chose tout en continuant à parler des nouvelles technologies, de développer ma communauté et de retrouver petit à petit de la motivation.

L’autre problème a été la réaction et l’impatience de certains personnes dans mon entourage qui ne comprennaient pas que l’entreprenariat est un long chemin et que l’on ne gagne pas d’argent dès le départ.

Une de mes plus belles réussites est sans aucun doute le lancement de MolenGeek ! Mais je dirais que réussir à tout combiner (travail, projets,…) en tant que maman célibataire est une réussite dont je suis vraiment fière ! On se rend compte qu’avec un peu d’organisation, on peut réussir à jongler entre toutes nos occupations.

Que préfères-tu dans l’entrepreneuriat et quels conseils donnerais-tu aux femmes souhaitant se lancer ?

Je n’aime pas le côté routinier et je me situe plutôt du côté des “bâtisseurs” et non des managers. Certaines personnes sont bonnes pour faire en sorte que la machine tourne mais moi je suis consciente que ce n’est pas mon point fort. Ce que je préfère est mettre en place des structures, monter de nouveaux projets. J’aime la sensation d’être dans une situation de stress, de ne pas forcément avoir tous les fonds nécessaires mais de se lancer tout de même. Je conseillerais de ne pas écouter sa famille ou ses proches car on est forcément découragé. Il n’y a pas de recette miracle et trop souvent on tombe sur des gens qui pensent mieux savoir que nous même. Une entreprise n’est pas une autre et s’il y avait une méthodologie type, tout le monde la suivrait (Rires) ! Aussi, il ne faut pas hésiter à rejoindre un incubateur de projets, un espace de coworking ou une couveuse d’entreprises. Cela permet de fréquenter des personnes qui rencontrent les mêmes problématiques, de pouvoir échanger et se retrouver dans un milieu motivant et stimulant. Lorsque l’on démarre, on a tendance à se disperser mais il faut plutôt se focaliser sur une partie et ensuite s’étendre.

Comment organises-tu tes semaines ? 

Mes semaines sont assez simples et sont organisées entre ma vie professionnelle et ma vie de maman. Je ne suis pas une lève-tôt, je me lève vers 7h30 et j’en profite pour prendre du temps avec ma fille jusqu’au moment où je l’emmène à la crèche. J’arrive au bureau à 9h30 et je reste très concentrée jusqu’à 17h30 pour être la plus efficace possible. Ensuite, c’est ma deuxième vie qui commence. Je mets un point d’honneur à prendre du temps avec ma fille ou encore cuisiner bio. Evidemment, il m’arrive régulièrement de me remette au travail après l’avoir couchée. Je ne vais pas souvent aux évènements networking, je prends quelquefois ma soirée si l’événement concerne une de mes activités mais cela reste rare.

Comment gères-tu l’équilibre entre ta vie personnelle et professionnelle ?

Je ne prends pas vraiment de temps pour moi. Je pourrais d’ailleurs dire que c’est mon plus gros challenge ! Je prends environ deux semaines de vacances par an mais je ne peux pas me permettre de plus car j’ai beaucoup de travail ! Certaines fois c’est dur, notamment lorsque tu vois tes contacts sur les réseaux sociaux qui partent en vacances, mais je suis complètement épanouie dans ce que je fais. J’avance à 1000 à l’heure et c’est ce qui me plait dans l’entrepreneuriat.

Comment restes-tu informée sur les nouveautés du secteur technologique ?

Je fais une veille sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, je suis abonnée à plusieurs newsletters donc je reçois généralement les informations directement dans ma boîte mail. Je suis d’un naturel curieux donc je lis des magazines et des articles en ligne.

As-tu des modèles de femmes qui t’inspirent ? 

J’en ai plusieurs mais je pourrais notamment citer Isabella Lenarduzzi de JUMP. Je me reconnais dans son tempérament, elle a un franc parlé que j’apprécie et n’hésite pas à prendre des risques en disant tout haut ce que les gens pensent tout bas. Que l’on soit d’accord ou pas avec elle, elle a été là en Belgique pour “déblayer” le terrain et encourager les femmes à accéder aux postes de dirigeantes d’entreprises.

Pour finir, aurais-tu un slogan avec “Ose Vivre” ? 

Ose Vivre et entreprendre !”

Portrait inspirant de : Julie Foulon, fondatrice du blog Girleek et de l’espace de co-working MolenGeek, présenté par @Ose Vivre.

Ludivine Gustave
Ludivine Gustave

Ludivine Gustave est fondatrice de Madizy Management et du blog/magazine osevivre.com, conférencière et depuis peu mentor au sein du réseau des Femmes Chefs d'Entreprises Belgique. Avec deux Masters en Gestion et Management des Entreprises et en Intelligence Economique, elle intervient pendant plusieurs années en France puis en Belgique auprès de firmes et PME comme consultante. Lire plus

Soyez la première à réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.