« Mix Beauty » avec Aldjia Ait-Meddour

« Mix Beauty », la beauté globale pour tous ! Un concept innovant qui répond à un réel besoin.

Mix Beauty est un projet qui est né très tôt dans l’esprit de sa conceptrice, Aldjia Ait-Meddour. Son envie ? Créer et offrir un espace de beauté globale destiné à une clientèle multi-ethnique (tous types de peau et de cheveux). Découvrons ensemble qui se cache derrière le concept Mix Beauty; une entrepreneure/chef d’entreprise ambitieuse, visionnaire, professionnelle mais également humble et accessible.

Bonjour Aldjia, merci de répondre à nos questions. Peux-tu nous dire comment est né le projet Mix Beauty ?

C’est juste après le bac que le projet a commencé à mûrir dans ma tête. L’idée venait de ma propre expérience, c’est-à-dire ne pas réussir à trouver un endroit où je puisse réaliser toutes mes prestations de beauté en même temps et en plus, avec mes amies. A la suite de mon master, j’ai obtenu un MBA avec une spécialisation dans le marketing du luxe, option cosmétiques. J’ai réalisé plusieurs stages dans des grands groupes comme PPR ou des magazines de mode mais jamais réellement dans les services qui m’intéressaient. Ces expériences m’ont confirmé que cela n’était pas ce que je voulais réellement faire et ont conforté mon envie de lancer mon propre projet. J’ai donc affiné mon projet de beauté global avec le temps. J’avais toujours cette envie de proposer aux femmes du monde un endroit où elles pourraient prendre soin d’elles, acheter des produits adaptés à leurs besoins et réaliser des prestations beauté au même endroit.

J’ai ensuite décidée de collecter des informations sur les marchés étrangers ; c’est comme cela que je suis partie aux Etats-Unis car ils sont réellement en avance concernant les prestations pour les Afro-Caribéens. C’est en revenant que je me suis lancée et j’avais la certitude que le projet allait fonctionner. La condition de succès était qu’il fallait que le projet démarre fort car l’investissement était important dès le départ (embauche de 10 personnes, grand espace dans un centre commercial,..). J’ai lancé mon projet en 2009 et c’est en 2010 que le premier établissement Mix Beauty a ouvert ses portes dans l’un des plus gros Centre Commercial d’Ile de France, les Arcades.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés, de la phase de création à maintenant et quels seraient tes conseils pour les surmonter ?

Ma plus grosse difficulté au moment de la création a été de réussir à trouver des ressources, que ce soit financières ou humaines. Pour le financement, il ne faut pas hésiter à aller frapper à toutes les portes, que ce soit les banques, les prêts d’Etat ou encore l’entourage. Par exemple, j’ai pu bénéficier d’un prêt d’Etat à la personne et remboursable sur 5 ans, sans intérêt ni garantie, 6 mois après le lancement du projet et si malheureusement le projet n’aboutit pas, le prêt est suspendu. Pour la partie RH, la difficulté est de trouver des candidates qui acceptent de travailler sur tous types de peau et de cheveux. J’utilise beaucoup le bouche-à-oreille pour trouver les bonnes candidates et je fais tout pour que les salariés restent fidèles à la société. Enfin, la dernière difficulté est de réussir à trouver un local qui correspond à nos besoins. Il faut trouver la bonne implantation, le bon quartier et pour cela la seule solution que j’ai pour le moment est d’utiliser mon réseau.

Et tes plus grandes réussites ?

Ma plus belle réussite est d’avoir réussi à lancer mon projet et à ouvrir des salons tous les deux ans dans les principaux centres commerciaux d’Ile-de-France. Je suis également très contente d’avoir pu ouvrir un salon à Rivoli (Centre de Paris), près de l’hôtel de ville. C’était un challenge car c’est totalement différent d’une ouverture en centre commercial, que ce soit au niveau de la clientèle ou de la gestion. Cette ouverture est une belle opportunité d’accroître la notoriété de la marque car les centres commerciaux ne renvoient pas  nécessairement la meilleure image lorsqu’il est question de salons de beauté. J’ai donc découvert une nouvelle facette du commerce grâce à cette implantation à Rivoli. Enfin, une de mes plus grandes satisfactions est d’avoir réussi à créer une quarantaine d’emplois. C’est très satisfaisant pour un chef d’entreprise d’embaucher des personnes.

Quel est ton avis sur l’entrepreneuriat et as-tu des conseils aux femmes qui souhaitent se lancer ?

Pour moi, le point fort de l’entrepreneuriat est l’indépendance. C’est vraiment très enrichissant de mener son projet en suivant ses propres plans et pas ceux des autres. Après 5 ans d’études en alternance, j’ai compris que ma place n’était pas dans le monde de l’entreprise en tant que salariée et que mon désir était d’entreprendre et de manager une équipe. C’était un rêve de pouvoir lancer ma société et je savais que je devais tout donner pour y arriver. Si j’avais deux conseils à donner aux femmes qui veulent se lancer, ce seraient les suivants :

  • Ne pas écouter les mauvais conseils ou les personnes qui ne sont pas entrepreneurs. Il faut réussir à bien s’entourer et à trouver les bons interlocuteurs pour avoir les meilleurs conseils possibles.
  • Croire en son projet et ne pas se laisser influencer. La motivation est essentielle dans la réussite du projet. Il y a toujours des obstacles mais rien n’est insurmontable et même si c’est plus dur que ce que vous pensiez, il faut continuer à se battre. Tous les entrepreneurs rencontrent des difficultés semblables mais il faut réussir à en venir à bout une par une.

Où te vois-tu dans 5 ans ?

Je me vois toujours à la tête de Mix Beauty. Je réfléchis actuellement à la possibilité d’ouvrir des franchises et d’implanter le concept à l’étranger, dans des endroits comme l’Angleterre, les Antilles, l’Afrique. J’espère donc que dans 5 ans j’aurais réussi à développer et mettre en route ces deux projets.

Comment arrives-tu à trouver l’équilibre entre ta vie professionnelle et ta vie personnelle ?

Au lancement du projet, je passais énormément de temps à travailler dessus mais avec du temps et du recul, j’ai beaucoup moins de difficultés à déléguer aux directrices de chaque salon. J’ai aussi la chance que mon mari me comprenne et surtout comprenne que je ne peux pas avoir des horaires fixes. J’ai donc une organisation aujourd’hui qui me permet de concilier vie de famille et vie professionnelle. J’attends même un heureux évènement pour la fin de l’année (Rires). Je travaille beaucoup mais j’ai, d’un autre côté, une grande liberté et je peux partir quand j’en ai besoin. Par exemple, j’ai pu réaliser un Tour du Monde l’année dernière, en restant évidemment connectée grâce à mon ordinateur et mon téléphone portable !

As-tu eu un modèle de femme ?

Je n’ai pas réellement eu de modèles de femme lorsque je me suis lancée. A l’époque, il n’y avait pas vraiment de femmes auxquelles on pouvait s’identifier. Aujourd’hui, il y en a beaucoup plus et c’est un très bon signe pour l’entrepreneuriat féminin.

Portrait inspirant de : Aldjia Ait-Meddour, fondatrice de l’enseigne Mix Beauty, présenté par @Ose Vivre.

Ludivine Gustave
Ludivine Gustave

Ludivine Gustave est fondatrice de Madizy Management et du blog/magazine osevivre.com, conférencière et depuis peu mentor au sein du réseau des Femmes Chefs d'Entreprises Belgique. Avec deux Masters en Gestion et Management des Entreprises et en Intelligence Economique, elle intervient pendant plusieurs années en France puis en Belgique auprès de firmes et PME comme consultante. Lire plus

2 Comments
  1. Article très intéressant! Bravo à Aldjia pour ses réalisations, je lui souhaite tout le succès qu’elle mérite.
    Et bravo à la responsable de ce blog, c’est une idée géniale!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.