Un parent doit-il être exemplaire ?

Un parent doit-il être exemplaire ?

Je me rappelle Myriam, venue en consultation, qui me dit : « Lilou crie tout le temps et je n’en peux plus. Je voudrais que vous m’aidiez à chercher ce qui se cache derrière cette attitude…. Ça ne peut pas durer comme ça. En même temps, j‘avoue que je passe moi-aussi beaucoup de temps à crier, je ne devrais peut-être pas m’étonner… »

La lucidité et la simplicité de Myriam m’avaient touchée. Pas facile de reconnaitre nos limites de parents. Pas facile d’être conscients de nos imperfections, et parfois du mauvais exemple que nous montrons. Et pourtant… demander à un enfant de se taire en hurlant, il est vrai qu’il y avait de quoi se poser des questions sur la cohérence de la démarche !

Le terme de congruence a été inventé par Carl Rogers pour désigner l’attitude des thérapeutes qui doivent montrer un alignement, une cohérence entre ce qu’ils disent et ce qu’ils montrent physiquement. S’ils expriment de l’empathie, il sera important que leur attitude corporelle l’indique. Par extension, nous utilisons ce terme en éducation bienveillante, pour décrire l’attitude à adopter par les parents qui attendent que leurs enfants respectent le cadre posé.

Pour être de bons parents, soyons congruents !

Des parents congruents veilleront à aligner leur comportement et leurs paroles. Ils tiendront leurs promesses et ne feront pas le contraire de ce qu’ils prônent. Ils diront la vérité, sans avoir peur de décevoir leurs enfants. Ils resteront solides quand ceux-ci râlent ou pleurent, ne se laissant attendrir que pour accompagner les déceptions avec leur empathie. Ils montreront avec leur corps ce que leurs mots expriment pour éviter les double-messages (du type « viens mon chéri » alors qu’ils regardent ailleurs, ou encore « je vais très bien » alors qu’ils tremblent de fatigue ou de peur).

Mais des parents congruents seront aussi imparfaits que d’autres ! Ils perdront patience, et oublieront de ranger leurs chaussures. Ils laisseront du désordre et mangeront en dehors des repas.

Car il n’est pas indispensable d’être un parent exemplaire en tout, mais d’avoir la simplicité de nommer ses incohérences. Si le parent passe du temps sur son smartphone alors qu’il limite son accès à ses enfants, il faudra qu’il l’admette en toute simplicité. Si le parent ne tient pas ses promesses ou fait ce qu’il avait interdit, il devra nommer cela et créer ainsi une complicité avec l’enfant qui, la plupart du temps, rira avec lui de bon cœur de ses incohérences.

Un bon parent dit la vérité en toutes circonstances !

Cela n’en sera que plus précieux pour les enfants qui découvriront que les adultes sont faillibles, mais dignes de confiance puisque la vérité est de mise. Et quel meilleur exemple pour nos enfants que … d’être nous-mêmes !

 

@Ose Vivre.com avec Domitille Desrousseaux

Abonnez-vous gratuitement à notre blog-magazine pour rester informé de toutes nos prochaines publications.

Merci et à bientôt !

Domitille Desrousseaux
Domitille Desrousseaux

Domitille Desrousseaux
46 ans, conseillère conjugale, coach, consultante et formatrice en Développement Personnel, Domitille est aussi mère de 5 enfants de 22 ans à 10 ans.

Depuis bientôt 15 ans, Domitille exerce auprès des familles en animant des parcours de formation à l’éducation bienveillante (Parent Autrement), et en recevant en consultation les personnes ou les couples qui traversent une difficulté, soit d’ordre conjugal, soit d’ordre parental.Lire plus

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.