« Bsit » avec Géraldine Biebuyck, co-fondatrice

Bsit, l’appli collaborative au service des parents !

Géraldine Biebuyck est la co-fondatrice de l’application Bsit. Avec son amie Donatienne van Houtryve, également jeune maman, elles se trouvaient régulièrement confrontées aux problèmes de babysitting. Aussi collègues, c’est autour d’une machine à café que l’idée de Bsit est née, une application belge permettant aux parents de trouver un(e) babysitter en toute confiance et en quelques clics seulement. Entretien avec Géraldine Biebuyck.

Bonjour Géraldine, peux-tu nous expliquer plus en détail comment est né le projet Bsit ?

Nous nous sommes retrouvées de nombreuses fois avec Donatienne autour de la machine à café à discuter de nos problèmes de babysitting. Nous avions du mal à trouver un(e) babysitter disponible et pas trop éloigné de chez nous ou devions faire face à des annulations en dernière minute. Il fallait aussi toujours penser à prévoir la monnaie exacte. Le sujet des babysitters est quelque peu sensible chez les parents car lorsque nous trouvions la perle rare, nous n’avions pas forcément envie de la partager. Il existe bien des solutions intermédiaires tels que les groupes Facebook mais, selon nous, ces solutions n’offrent pas tous les avantages d’une application. Nous avons rêvé d’un système alliant la technologie et le bouche-à-oreille qui pourrait faciliter la vie des parents en leur permettant de partager un répertoire de babysitters qu’ils pourraient payer directement en ligne. Grâce aux rencontres que nous avons faites sur notre chemin, après plusieurs mois de travail nous avons lancé l’application en novembre 2015, à Bruxelles.

Quel est ton parcours ? As-tu toujours eu cette âme d’entrepreneure ?

Diplômée de l’UCL en économie, je me suis dirigée vers le secteur de la banque, en Belgique et à l’étranger. Je n’avais pas forcément d’attrait naturel pour l’entrepreneuriat mais j’ai côtoyé beaucoup d’entrepreneurs via mon mari. Mon choix de l’entrepreneuriat est vraiment né d’un besoin quand je suis devenue maman.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés et tes plus grandes réussites dans ton parcours d’entrepreneure ?

Je pense que la première difficulté a été de changer le comportement des parents. Ce sont les vieilles habitudes de bouche-à-oreille qui sont nos plus gros concurrents. Comme pour toute nouveauté, ce sont les “early adopters” qui nous ont aidé à convaincre les autres utilisateurs potentiels. Il nous a fallu expliquer et convaincre les parents que Bsit est une application très simple d’utilisation et qu’elle allait leur simplifier la vie, tout en confiance. L’autre difficulté, que nous rencontrons toujours maintenant, est l’expansion internationale. L’application fonctionne très bien en Belgique et a également été lancée au Luxembourg, en France et en Hollande. Nous devons adapter notre stratégie à chaque pays et surtout comprendre les habitudes et les comportements en place.

Notre plus belle réussite est d’avoir réussi à développer une application disponible en 3 langues, qui répond à un besoin et qui évolue constamment. Nous essayons de proposer de nouveaux services régulièrement. Depuis peu, nous proposons aussi un service pour aider lors des sorties d’école ainsi que pendant les vacances scolaires, de manière à satisfaire les besoins de nombreux parents. Je suis très fière de pouvoir travailler avec une équipe jeune et dynamique de 15 personnes, en laquelle je crois et qui travaille passionnément tous les jours pour faire évoluer l’application Bsit. Nous sommes également les premiers dans le monde des applications smartphones à proposer en option et à chaque babysitting, une assurance complémentaire que les parents peuvent prendre pour la durée du babysitting.

As-tu des conseils à donner aux femmes qui souhaiteraient se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Sans aucun doute, je leur dirais d’oser ! Le démarrage est quelquefois assez difficile et même si le projet n’aboutit pas, il peut évoluer en un autre succès. Le plus important est d’essayer. Un autre conseil est de bien s’entourer. Dans notre cas, il est évident que Bsit n’existerait pas sans l’équipe et les autres co-fondateurs qui nous entourent. Ce sont des compétences complémentaires cruciales.

Comment gères-tu l’équilibre entre ta vie professionnelle et ta vie personnelle ?

J’ai la chance d’avoir une famille et surtout un mari qui me soutiennent dans mes projets. Je suis très bien entourée. Et finalement l’appli est née d’un réel besoin personnel, je suis évidemment une grande utilisatrice :  Bsit me facilite sincèrement la vie, me libère l’esprit et me rend tellement plus flexible. Je sors plus facilement, et je ne panique plus si j’ai un souci ou une annulation de dernière minute. Je dois dire que ce projet m’apporte énormément, autant professionnellement que personnellement et c’est grâce à cela que je trouve l’équilibre.

Pour finir, quelles sont les femmes qui t’inspirent par leur parcours professionnel ou personnel, leur état d’esprit ou leur vie ?

Michelle Obama et Sheryl Sandberg, la directrice des opérations de Facebook sont deux femmes que j’admire, notamment pour leur enthousiasme communicatif.

Portrait inspirant de : Géraldine Biebuyck co-fondatrice de Bsit, présenté par @Ose Vivre.

Ludivine Gustave
Ludivine Gustave

Ludivine Gustave est fondatrice de Madizy Management et du blog/magazine osevivre.com, conférencière et depuis peu mentor au sein du réseau des Femmes Chefs d’Entreprises Belgique.
Avec deux Masters en Gestion et Management des Entreprises et en Intelligence Economique, elle intervient pendant plusieurs années en France puis en Belgique auprès de firmes et PME comme consultante. Lire plus

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.